delfraissy PMA france inter CCNE

Le Pr Delfraissy annonce un avis du comité d’éthique sur la PMA au printemps

Jean-François Delfraissy, nouveau président du Comité  consultatif national d’éthique (CCNE) était ce matin l’invité de France Inter et a donné des informations nouvelles concernant la PMA.

Le CCNE est très attendu sur la question de l’ouverture de la Procréation médicalement assistée à toutes les femmes, célibataires, comme les femmes lesbiennes. Depuis plus de quatre ans, cette question empoisonne en particulier les relations entre les pouvoirs publics et les associations LGBT puisque après la promesse de François Hollande avant la présidentielle de 2012, l’ouverture de la PMA a été sans cesse repoussée, dans une cacophonie parlementaire et gouvernementale. La plupart des député.e.s PS se disent favorables à la mesure, des femmes ministres aussi, mais c’est Manuel Valls qui dès sa prise de fonction en mars 2014 en tant que Premier ministre, avait clos le dossier, pour ce quinquennat.

Delfraissy sur la PMA: « Nous allons délivrer »

Sur France Inter, c’est dès le début de son entretien avec le Pr Delfraissy que Patrick Cohen aborde la question. Delfraissy sait qu’il ne peut plus reculer. Il annonce, en utilisant une expression anglo-saxonne, que le Comité d’éthique va « délivrer » et qu’un avis général sera rendu au printemps.

Delfraissy dit que les enjeux ont été très bien résumés par le Manifeste du médecin René Frydman signé par 130 autres médecins et biologistes. Ce manifeste est on ne peut plus clair en ce qui concerne la PMA: « Le don de sperme pour une femme célibataire (sans préjugé de son mode relationnel actuel ou futur, homo ou hétérosexuel) est une autre interdiction qui nous paraît devoir être levée, puisqu’une femme célibataire est reconnue dans ses droits pour élever ou adopter un enfant. »

Mais Delfraissy s’est bien gardé d’en dire plus sur la PMA. Il a en fait assez vite débordé sur la question de la Gestation pour autrui (GPA), expliquant qu’il s’agissait d’une demande certes limitée, mais socialement très forte mais que d’un autre côté, dans certains pays, des femmes, parfois très jeunes, sont « vendues pour porter plusieurs grossesses d’affilée ».

 

Il a poursuivi: « La Belgique, l’Angleterre  répondent  de façon plus ouverte et de l’autre côté on a une vision sur des choses qui sont totalement inacceptables […] Le statut des enfants nés de GPA est loin d’être clair. » Sur ces questions a-t-il conclu, le CCNE peut soit prendre « des positions extrêmement claires, soit il peut porter le débat et éclairer la société. »

On attend de savoir quel choix sera fait sur la PMA et la GPA. Par ailleurs, le Pr Delfraissy a expliqué que le sujet de la fin de vie n’était pas prioritaire et pouvait attendre 2018. L’Association pour le droit de mourir dans la dignité, présidée par Jean-Luc Romero-Michel, rappelle cependant qu’une immense majorité des Français.e.s sont favorables à une évolution très forte.