don du sang

Don du sang: Le Conseil d’Etat déboute plusieurs associations LGBT

Si vous êtes gay ou bisexuel, il vous faudra toujours un an d’abstinence avant de pouvoir donner votre sang. Le Conseil d’Etat vient en effet de débouter les associations Mousse, Stop Homophobie, Comité Idaho et Elus Locaux contre le Sida, qui avaient déposé un recours pour demander l’abrogation de cette restriction.

Cette disposition a été mise en place en juillet 2016 par la ministre de la santé de l’époque, Marisol Touraine. Auparavant, les hommes qui ont des relations sexuelles avec les hommes — pour employer la terminologie d’usage — avaient une interdiction totale de donner leur sang. Si la mesure de Marisol Touraine avait été saluée comme un pas en avant, certaines associations avaient estimé que c’était encore insuffisant. Pour les rassurer, la ministre de la Santé avait annoncé que cette disposition serait transitoire.

Selon Reuters, le Conseil d’Etat motive ainsi sa décision:

“Le Conseil d‘Etat confirme ainsi qu‘une sélection des donneurs est possible, à condition toutefois que cette sélection soit effectuée en fonction de critères objectifs liés à l‘exposition au risque des donneurs pour éviter des discriminations à l‘encontre de certains candidats au don. »

Le Conseil d’Etat rappelle l’argument principal qui justifie la mesure: “Il existe une période pendant laquelle une personne peut avoir été contaminée par le VIH sans que le virus puisse être détecté, même par les tests de dépistage les plus efficaces”. Et selon les autorités sanitaires, la forte prévalence du VIH parmi les hommes gays ou bisexuels fait courir un risque — minime, mais un risque quand même — lors du don du sang. Dans une interview à Têtu, l’actuelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn reprend la proposition de Marisol Tournaine d’évaluer la mesure « au bout d’un an » et prévient qu’elle assumera « les décisions qui seront prises dans un sens ou dans l’autre, soit de réduire le temps soit de le conserver. » « Pour moi il n’y a pas d’idéologie derrière ça, il y a des faits. », ajoutait-elle.