ecole evangelique refuse formations gays lesbiennes

Suisse: Une école supérieure d’obédience évangélique prête à refuser les gays et les lesbiennes

En Suisse, la Haute école de théologie (HET-Pro), d’obédience évangélique, qui doit ouvrir cet automne à Saint-Légier, est prête à pratiquer ouvertement la discrimination.

Selon le site ref.ch, le recteur Jean Decorvet a déjà prévu de barrer la route de sa formation aux gays et lesbiennes. « Jean Decorvet ne peut s’imaginer d’admettre à l’étude un homosexuel qui vivrait une relation », rapporte le site alémanique.

« Des propos mal rapportés »

Mais ce lundi, le doyen de la HET-Pro assure que les propos de son collègue auraient été mal rapportés. « L’orientation sexuelle n’est pas un critère d’admission et il n’y aura pas de tests effectués sur ce point », assure David Richir. Il prévient cependant « que quelqu’un qui prône ce mode de vie pourrait avoir du mal à trouver sa place » au sein de l’institution.

Comme le souligne le site LGBT 360°, beaucoup d’églises évangéliques continuent d’entretenir le mythe d’une homosexualité « guérissable ». Le site rapporte qu’un temple évangélique suisse avait proposé en 2012 un programme de thérapie par la prière inspiré du mouvement américain « Desert Stream ».

LIRE AUSSI: Le Royaume Uni condamne les thérapies de conversion mais ne souhaite pas les interdire

« Une tradition millénaire »

Sur le site 24 heures David Richir ne cache pas que l’école défend des valeurs qui lui sont propres: « Notre conviction théologique se fonde sur une tradition millénaire. Elle met en avant le couple formé par un homme et une femme comme étant ce que Dieu souhaite. » La HET-Pro est une institution privée mais elle compte faire les démarches auprès de la Confédération pour obtenir une accréditation en tant que Haute Ecole Spécialisée. « Sachant que cette école revendique une reconnaissance officielle, nous étudions la situation et verrons ce qui est juridiquement faisable et quel type d’action nous pourrons engager », avertit Mehdi Künzle de l’association LGBT Vogay.
Déjà en 2015, à l’annonce de la création de cette école supérieure, la réaction de Xavier Paillard, président du Conseil synodal (Exécutif de l’Eglise réformée), était assez négative.  » Nous pensons que la formation doit être académique et critique, et qu’elle doit avoir lieu à l’université. Enfin, il y a des divergences d’ordre théologique: la future HET est clairement marquée par une couleur évangélique, et ses partisans la veulent «professante». Or, pour notre part, nous tenons à ce que les étudiants en théologie n’aient pas à souscrire à une confession de foi avant de commencer leur formation. »

A l’époque, durant cette interview croisée, David Ricre avait expliqué que la HET « sera ouverte à tous les étudiants qui manifesteront un esprit d’ouverture. » Mais il semble bien que ce soit cette école qui en manque cruellement aujourd’hui.