Emmanuel Macron

Pro PMA mais anti GPA, Emmanuel Macron souffle le chaud et le froid sur les questions LGBT

Jeudi 17 février, le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron a fait la une des médias. D’abord pour sa déclaration sur la colonisation, « un crime contre l’humanité », prononcée la veille en Algérie, puis pour ses propos dans « L’Obs » concernant la « Manif pour tous », où il expliquait que les anti-égalités avaient été « humiliés » durant ce quinquennat. Les réactions indignées se sont multipliées toute la journée d’hier. En fin de journée, comme pour allumer un contre-feu, le candidat d’En Marche diffusait deux tweets suite à une interview à paraître dans le magazine « Causette ».

Le premier expliquant que la PMA non accessible aux couples de femmes et aux femmes seules est « une discrimination intolérable. »

 

Ensuite, dans un nouveau tweet, Macron dit son opposition à la GPA, tout en reconnaissant le droit des enfants nés par GPA mais en réclamant une convention internationale pour lutter contre la marchandisation du corps des femmes et le trafic des enfants;

 

C’est ce qui s’appelle souffler le chaud et le froid ou faire le grand écart. Mais sans grande habitude, ça peut faire mal.

Ce matin, un fidèle de François Hollande expliquait dans « Le Parisien »: « À ce moment précis de la campagne, on est dans la zone de l’Everest où il y a les alpinistes chevronnés et les débutants qui enlèvent leur masque à oxygène, leur combinaison et se mettent à chanter. Macron est victime de l’ivresse des cimes ! »

Donné second au premier tour de la présidentielle, Macron veut ratisser large. Mais il n’est pas sûr que du côté des personnes LGBT, les propos d’hier soient oubliés de sitôt.