marc-olivier fogiel

Marc-Olivier Fogiel défend la GPA dans les colonnes du «Figaro» (qui ne bronche pas)

La chaîne C8 consacre ce vendredi 6 octobre un documentaire à l’animateur Marc-Olivier Fogiel, intitulé La télé de Fogiel. Pour l’occasion, il donne une interview au Figaro, où, fait relativement exceptionnel, il évoque sa vie privée. Il affirme notamment préparer un livre sur la Gestation pour autrui (GPA). Un sujet que l’animateur connaît bien puisque ses deux filles ont été conçues de cette façon.

Ce ne sera « ni un livre de témoignage ni un livre d’exhibition, mais une enquête écrite par un journaliste qui connaît très bien le sujet. », promet-il.

Alors que Le Figaro tire d’habitude à boulets rouges sur la GPA, le journaliste objecte juste à Marc-Olivier Fogiel que c’est une sujet « polémique ». A quoi ce dernier répond:

« J’entends trop de clichés, de fantasmes, de délires sur la GPA. Le sujet est trop souvent caricaturé. Cela en devient insultant pour les enfants qui sont issus de ce mode de procréation. Le débat, tel qu’il existe actuellement, me semble tellement loin du quotidien de ces familles qui y ont eu recours et où l’amour prédomine. »

Il souligne par ailleurs que les familles qui ont recours à la GPA sont  « hétérosexuelles dans 70 % ». Il ajoute qu’il connaît « bien les dérives de la GPA, mais surtout les belles histoires ». « Notamment celles de ces femmes qui, dans un cadre très précis et bien délimité, se réalisent dans ce don d’elles-mêmes. », précise-t-il. Au temps pour ceux qui parlent d’esclavage sexuel à tout bout de champ, Le Figaro en tête…

« Ce ne sera pas un livre de «Bisounours», mais une vraie enquête pour arrêter la machine à fantasmes. », promet-il enfin.

Fogiel pense qu’il aurait dû faire son coming-out avant

Questionné sur la récente couverture de Paris Match avec Stéphane Bern et son compagnon, l’animateur du Divan, sur France 3, estime qu’il aurait « dû accepter de faire ça, il y a des années ». « Dire simplement la façon dont on vit, ça peut aider les gens. Donc, mon seul engagement, c’est d’arrêter une forme de non-dit me concernant. », ajoute-t-il.

Très réticent à évoquer son homosexualité pendant de nombreuses années – il avait notamment poursuivi Têtu pour avoir laissé entendre qu’il était gay –, il s’est progressivement détendu sur le sujet. Il a épousé son compagnon François Roelants en 2013.

Photo via Flickr