aulnay nicolas canteloup

‘Amis gays, pas la peine de venir à Aulnay’ : nombreuses réactions après le dérapage homophobe de Nicolas Canteloup sur Europe 1

Malaise ce matin à Europe 1 et parmi ses auditeurs. Nicolas Canteloup, l’imitateur maison, entame comme tous les jours sa « Revue de Presque » et évoque l’affaire d’Aulnay sous Bois. Théo, un jeune habitant de la commune, y avait été interpellé très violemment samedi dernier par la police. Cinq jours après les faits, Théo est toujours hospitalisé et quatre policiers ont été mis en examen, dont un pour viol. Selon le témoignage de la victime, le policier lui a enfoncé sa matraque de 10 centimètres dans l’anus.

Revêtant les habits de François Hollande, qui s’est rendu au chevet de Théo mardi, Nicolas Canteloup commence son imitation. « Le rôle de la police, ce n’est pas de mettre des matraques dans les fesses. Maintenant, je tiens à m’adresser à la population gay de ce pays », lance-t-il.  « Je voulais leur dire ceci: ‘amis gays, ce n’est pas la peine non plus de chercher un deux-pièces sur Aulnay centre, la police ne recommencera plus. C’était un accident, pas une pratique courante sur Aulnay-sous-bois », lâche-t-il dans le studio. Une séquence que l’on peut entendre ci-dessous* (à partir de 5’30 »).

 

La société des rédacteurs d’Europe 1 a aussitôt réagi à ces propos.

Suite à ces propos de Nicolas Canteloup, Jean-Marc Dumontet, le manager de Nicolas Canteloup, a présenté ses excuses. Dans un communiqué, il écrit: « C’était un très gros dérapage ce matin, évidemment involontaire. Très mauvaise inspiration qui ne nous ressemble pas. On pensait que c’était trash, c’était juste pas drôle et vulgaire. Très sincèrement désolé. »

Mais sur les réseaux sociaux, les internautes font part de leur indignation.

De son côté, l’Association des journalistes LGBT invite à effectuer un signalement au CSA.

D’autres encore demandent  à l’imitateur de s’expliquer et de s’excuser:

 

Au delà de la violence homophohe inouïe de tels propos, ils témoignent de la part de l’imitateur d’un mépris total pour la victime et ses proches. Comme si Canteloup leur avait craché au visage.

Espérons que du côté d’Europe 1, on ne vas pas s’arrêter à de simples excuses.

*Mise à jour, vendredi 10 février: l’audio de l’intervention de Nicolas Canteloup a été supprimée par son auteur.

  • Joshua Peabody

    Homophobie, culture du viol, remise en cause du caractère systématique des violences policières à l’égard des jeunes racisé-es. Une horreur.