Cyril Hanouna CSA homophobe

Canular homophobe de Cyril Hanouna: Le CSA inflige une amende de 3 millions d’euros à la chaîne C8

Trois millions d’euros! C’est le montant de l’amende infligée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) à la chaîne C8 pour avoir diffusé une séquence homophobe le 18 mai dernier dans l’émission Touche pas à mon poste, animée par Cyril Hanouna.

« Cette sanction fait suite à la diffusion d’une séquence (…) durant laquelle l’animateur a mis en scène des conversations téléphoniques en direct avec des personnes ayant répondu à une fausse petite annonce qu’il avait publiée sur un site de rencontres, rappelle le CSA dans un communiqué. Ces personnes, principalement des hommes homosexuels, n’étaient pas informées de l’identité de leur interlocuteur et, croyant être dans le cadre d’une conversation privée, ont pour certaines d’entre elles dévoilé publiquement des informations relevant de leur vie intime et sexuelle. »

Le CSA souligne en outre que Cyril Hanouna a « tout au long de cette séquence, eu recours à de nombreux clichés et attitudes stéréotypées sur les personnes homosexuelles ». Le CSA estime « qu’en diffusant cette séquence, la société C8 a gravement méconnu le principe de respect de la vie privée, ainsi que son obligation de lutter contre les discriminations ».

L’autorité de régulation de l’audiovisuel affirme avoir reçu 47 000 plaintes de spectatrices et spectateurs suite à cette séquence. La mobilisation sur les réseaux sociaux avait également conduit de nombreux annonceurs à retirer leurs publicités de l’émission.

A LIRE AUSSI | Affaire Hanouna: Et si les homophobes n’avaient plus le dernier mot?

Ce n’est pas la première fois que l’émission se retrouve dans le collimateur de l’autorité. En juin, le CSA avait déjà condamné la chaîne C8 à suspendre les écrans publicitaires de l’émission pendant trois semaines suite à deux autres séquences de TPMP sexistes et homophobes. Une décision que le groupe Canal + conteste. L’entreprise dirigée par Vincent Bolloré a porté plainte contre le CSA et réclame 13 millions d’euros pour préjudice subi. Gageons que la nouvelle décision des sages de l’audiovisuel ne leur plaira pas non plus.