LGBT allemagne

La ministre allemande de la Défense plaide pour la visibilité des LGBT dans l’armée

Mardi, la ministre fédérale de la Défense Ursula van der Leyen (CDU) a ouvert une grande conférence sur l’identité et l’orientation sexuelle dans la Bundeswehr et a promu la diversité dans l’armée. Plus de 200 hauts représentants de la politique, des affaires, de la société et de l’armée ont été invités à ce séminaire.

Dans son discours, la ministre a reconnu que de nombreux membres des forces armées LGBT continuaient de se taire et de se cacher, par peur des réactions d’hostilité. Afin de mettre en lumière cette discrimination quotidienne, la Bundeswehr devrait finalement parler «ouvertement et honnêtement» sur le sujet, a déclaré le ministre. « Parce que la discrimination est une honte pour l’armée », a-t-elle ajouté.

Dans un reportage publié la veille, le site Rhein-Nekckar-Zeitung a recueilli le témoignage de Marcus Otto, soldat de la Bundeswehr. Il explique qu’il a peur de faire son coming-out et entend souvent des remarques stupides et des mots déplacés. «Le sujet est encore un tabou», critique Otto.

Beaucoup de LGBT se cachent

Il n’y a pas de chiffres précis sur la diversité sexuelle dans la Bundeswehr mais selon le ministère, si on s’en tient à la moyenne nationale, il y aurait 17000 LGBT parmi les 260000 employé.e.s civils et militaires. Mais beaucoup se cachent. L’association qui défend les droits des LGBT dans l’armée ne compte que 130 membres.

Mais cette conférence a été l’objet de nombreuses critiques. Harald Kujat, l’ancien inspecteur général des Forces armées allemandes, a récemment déclaré: «Je ne sais pas quel est le but de cet événement, je ne crois pas que les homosexuels sont victimes de discrimination dans les forces armées. » L’AFD, le parti d’extrême droite, a multiplié les messages homophobes anti-conférence sur les réseaux sociaux. Même le parti socialiste (SPD) a accusé le ministre de la Défense de «manquer de priorités» avec de tels ateliers, comme l’a révélé le site queer.de

A la fin de son discours, la ministre a lancé cet appel: « Nous ne voulons pas forcer ces personnes à l’invisibilité sociale, nous les voulons de toutes leurs facettes, nous voulons les traiter comme nous voulons être traités. »