L'Inter-LGBT présidentielle législatives

L’Inter-LGBT interpelle les candidat.e.s à la présidentielle et aux législatives… à l’exception du FN

L’Inter-LGBT organisait ce matin une conférence de presse au Centre LGBT Paris-Ile-de-France. L’Inter-LGBT veut peser sur les deux campagnes politiques en cours, la présidentielle et les législatives. Clémence Zamora Cruz, porte-parole de l’Inter-LGBT, a annoncé qu’une déclaration d’engagement allait être envoyée aux partis politiques, à l’exception du FN, pour que les débats se déroulent sans propos discriminatoires. Les associations signataires (Aides, CRAN, Planning Familial, Médecins du Monde, etc.), s’inquiètent des discours de haine anti-LGBT mais aussi sexistes ou racistes.

Un site dédié spécial élections

Très prochainement, l’Inter-LGBT rendra également public, sur le site lgbt2017.fr, les réponses des candidat.e.s à la présidentielle au questionnaire d’engagement, rédigé notamment avec SOS homophobie, portant sur les droits des personnes trans et intersexuées, la santé, l’éducation ou encore la lutte contre les discriminations. Clémence Zamora-Cruz a expliqué que l’Inter-LGBT n’allait pas solliciter le Front National et ses candidat.e.s aux élections car ce parti est contraire aux valeurs des associations.

« Promesses non tenues »

Clémence Zamora Cruz a rappelé que le quinquennat qui s’achève a vu un certain nombre d’avancées, dont le mariage pour tous, mais a aussi pointé « les promesses non tenues et le renoncement à certains engagements ». Au premier rang desquel, elle cite la PMA mais aussi les difficultés de la filiation. « La filiation est à repenser. La reconnaissance de la diversité des familles permet de leur donner une sécurité. »

A notre question sur la mesure symbolique et forte qui serait attendue d’un prochain président, Denis Quinqueton, président de HES et représentant de Benoit Hamon, indique que la lutte contre les LGBT phobies doit être de la responsabilité de l’Etat. Il faudrait aussi un Président qui en parle simplement.

Pour l’Inter-LGBT, l’éducation est une des clés pour réussir la lutte contre les discriminations. Elle plaide pour l’élaboration d’outils pédagogiques et un travail contre les stéréotypes, le sexisme et le racisme dès le plus jeune âge.

 

Photo ci-dessus (de gauche à droite): Denis Quinqueton (président de HES et représentant de Benoit Hamon), Antoine Torrens (EELV), Virginie Combe (SOS homophobie) et Clémence Zamora Cruz (Inter-LGBT).

  • Helene Hazera

    quel culot. La loi bidon pour les trans qui allait contre le mot d’ordre de la communauté trans unanime « Changement d’état civil libre et gratuit » cette loi qui assujetit les trans à la décision d’un juge n’est même pas déposée. Et déjà l’interLGBT soutient un candidat qui fait d’autres promesses. L’interLGBT ne revient pas sur la loi de pénalisation des clients (condamnée par le Conseil National du Sida) et surtout a refusé d’intégrer des associations de couleurs et musulmane. Face au FN bravo!