Kordale & Kaleb

Kordale et Kaleb: rencontre avec la « modern family » la plus célèbre du monde

This post is also available in: Anglais

Dans les rues de Paris ces jours-ci, vous pouvez voir une famille un brin inhabituelle sur les fameuses colonnes Morris. La marque de vêtements Acne Studio diffuse en effet une campagne (ci-dessus) où l’on peut voir Kordale, Kaleb et leurs quatre enfants.

Si leur nom ne vous dit rien vous vous souviendrez peut-être de la photo ci-dessous, postée en 2014 sur leur compte Instagram, qui les a rendus célèbres.

Kordale & Kaleb

Ce cliché de deux pères noirs sexy prenant soin de leurs deux filles, liké plus de 50 000 fois, a fait le tour du monde et au passage changé la vie de cette famille tranquille du sud des Etats-Unis.

Johan Amaranthe, de Paris Black Pride, a été marqué par cette image et se souvient aussi de la polémique qui a suivi:

« Je l’ai trouvée d’une fraîcheur étonnante, c’était inspirant mais aussi en regardant les commentaires il y avait clairement deux camps qui s’affrontaient, les personnes plutôt progressistes qui disaient enfin et qui espéraient qu’on verrait plus souvent ces représentations d’un couple gay noir avec sa propre cellule familiale et de l’autre les antis avec les propos les plus homophobes, sexistes et racistes possibles et des allégations graves également avec la suspicion de pédophilie. Nous avions besoin de ces modèles pour toutes les personnes gays qui aspirent à faire famille avec des enfants. »

Nikon l’a bien compris. Le fabricant de matériel photo les a retenus pour une campagne publicité, I am Generation, qui a contribué à encore un peu plus diffuser l’image de cette modern family à travers le monde. C’est la première fois qu’une famille homoparentale noire était ainsi mise à l’honneur dans une publicité de cette envergure.

« C’est toujours surréaliste »

Nous avons rencontré Kordale Lewis et Kaleb Anthony lors de leur passage à Paris, payé par Acne Studios. Après avoir fait le tour des monuments de la capitale avec leurs enfants, ils se sont rendus, tous les deux cette fois, à la BBB au Gibus où ils ont posé avec les habitués de la soirée et dansé une bonne partie de la nuit. Ils nous ont donné rendez-vous à leur hôtel au petit matin, avec des paillettes sur leurs vêtements et toujours des étoiles dans les yeux.

Ce qu’ils vivent ne cesse d’ailleurs de les émerveiller. Kordale (avec les cheveux longs): « C’est toujours surréaliste. Nous postons des photos de nos enfants parce que nous sommes des parents, c’est tout. La plupart des parents font ça. Je n’ai jamais eu d’arrière-pensée en le faisant ».

« Nous n’en vivons pas, nous travaillons par ailleurs », poursuit Kaleb. Lui est ingénieur et Kordale est père au foyer pour le moment, après avoir travaillé dans une entreprise familiale.

Pour les enfants, la priorité n°1 c’est l’éducation

Ils tiennent à ce que leurs enfants ne se laissent pas impressionner par tout ça. « Ils savent que la priorité numéro un de la maison, c’est l’éducation et leur avenir. Tout le reste en découle. »

Aucune répercussion à l’école n’a été observée par les deux hommes. « Les profs et la direction de l’école sont au courant pour nous. Il n’y a pas de harcèlement. Tout le monde sait que nous sommes une famille alternative. Quand nous arrivons là bas, les gens font « oh mon dieu, c’est Kordale et Kaleb » avant de nous saluer. Donc s’il y a le moindre problème, ils nous appelleront. Ils savent que nous ne plaisantons pas avec nos enfants. »

Les trois premiers enfants, Desmiray, Maliyah et Kordale Jr., viennent d’une relation hétérosexuelle de Kordale. Le quatrième, Kaleb Jr., a été conçu via GPA avec la mère des trois autres. A ce titre, le débat autour de la GPA en France, qu’on leur résume en quelques minutes, leur semble bien lunaire.

Quand on leur demande comment on élève des enfants à une époque où Trump est président, voici la réponse de Kordale: « Nos enfants savent qu’il y a différentes sortes de personnes dans le monde: gay, hétéro, trans. Le racisme, ou la bigoterie, ça s’apprend. Si tu apprends en revanche à ton enfant d’aimer, et de respecter tout le monde, tu n’as pas à te soucier des gens comme Trump. Nos enfants savent que cela n’est pas bien.  »

Ils confient ne jamais avoir été confrontés directement au racisme dans la communauté LGBT mais n’ignorent pas le problème pour autant. Selon Kordale, « quand les gays discriminent les autres gays, c’est souvent une question d’argent. Beaucoup de gays, blancs en général, ont l’impression que notre combat n’est pas le leur. Si tu as été élevé par des parents riches, que tu ne sais pas ce que c’est de ne pas avoir de boulot, d’être discriminé par la police, alors tu ne comprends pas notre combat. » « Cas d’école: Caitlyn Jenner », tacle Kaleb.

Ils ont conscience d’être devenus « le modèle de famille gay noire » aux Etats Unis mais n’ont pas le sentiment que cela ait changé grand chose pour l’instant. Pour Kaleb, leur célébrité vient du fait qu’ils sont tous d’eux « très masculins » et « pourraient passer pour des mecs hétérosexuels ». « Les hommes nous approchent plus facilement en ignorant notre orientation sexuelle et quand ils la découvrent, ils se sentent rassurés de voir que tous les gays ne ressemblent pas aux clichés qu’on voit parfois à la télé ». Kordale manifeste son désaccord: « les femmes, notamment sont plus à l’aise avec les mecs plus efféminés. » Mais Kaleb n’en démord pas: « notre photo est devenue virale justement parce que nous avons l’air d’être hétéros ».

Kordale et Kaleb se considèrent moins comme des militants que comme des des parents

Johan Amaranthe de Paris Black Pride, a pu passer un peu de temps avec eux lors de leur séjour parisien et il ne cache pas son admiration: « Quel bonheur de les voir afficher partout dans les rues de Paris! J’ai rencontré la famille et clairement ce dégage ce sentiment fort d’un couple gay aimant ses enfants et les enfants leurs rendant cette amour. Ils ne sont pas loin d’être les meilleurs parents au monde. »

Une affirmation qui ne serait pas le pire des compliments que l’on puisse faire à Kordale et Kaleb. Si Kordale avoue volontiers qu’il serait plus militant s’il avait le temps, Kaleb, se montre plus terre à terre: « Je ne nous considère pas comme des militants, mais comme des parents. » C’est déjà beaucoup, en effet.