Tate Britain de Londres

Les artistes lesbiennes, gays bis trans et queers bientôt célébré.e.s à la Tate Britain de Londres

En 1967, il y a 50 ans (seulement diront certains), l’Angleterre et le Pays de Galles décriminalisaient l’homosexualité*.

C’est en souvenir de cette date importante dans l’histoire des LGBT que le prestigieux musée Tate Britain, à Londres, propose à partir du 5 avril une exposition majeure. Queer British Art est la première manifestation de cette ampleur dans un musée national britannique.

Identités LGBTQ

L’exposition présente des œuvres d’art entre 1861 et 1967, et en relation avec les identités LGBTQ. Queer British Art explore comment les artistes se sont exprimés à une époque durant laquelle les hypothèses sur le genre et la sexualité ont été remises en question et transformées.
L’exposition présentera à la fois des travaux célèbres mais aussi des oeuvres plus personnelles et plus intimes. Pour la Tate, l’important est de révéler l’immense étendue des identités et des histoires.
Selon la commissaire de l’exposition, Clare Barlow, l’expo ne fera pas l’impasse sur les moments tragiques. Nous avons en mémoire le sort réservé à Oscar Wilde jeté en prison en 1895 après un procès pour homosexualité. « Il y a bien sûr un peu de tourment et de douleur », a déclaré Barlow au Guardian. « Mais ce sera une exposition avec beaucoup de moments plus calmes et des moments vraiment beaux. C’est l’art qui vient de célébrer la banalité de la vie quotidienne des gens, les maisons que [les artistes] partagent avec leurs partenaires amoureux. C’est souvent tout aussi radical que les histoires et les procès judiciaires qui nous glacent. »

 

Le choix du mot queer vient de la position du musée qui est de ne pas coller une étiquette à des artistes qui ne les auraient pas choisies. Des oeuvres du préraphaélite Simeon Solomon vont côtoyer celles du peintre et photographe toujours vivant David Hockney. Citons les travaux de Duncan Grant, John Singer Sargent, Francis Bacon, Dora Carrington, Ethel Sands, Keith Vaughan, pour une vision à 360 degrés de l’art queer en Grande-Bretagne.
Nous reviendrons bientôt plus en détail sur cette exposition qui dure du 5 avril au 1er octobre.

Illustration: Henry Scott Tuke (1858-1929) The Critics, (détail), 1927 (Leamington Spa, UK)

*Il faudra attendre 1980 en Ecosse