Londres: La PrEP est-elle responsable de la baisse massive des nouvelles infections par le VIH?

Quatre cliniques de santé londoniennes ont constaté une baisse significative des nouvelles infections par le VIH parmi les gays, d’environ 40% l’année dernière, comparativement à 2015. C’est ce que rapporte le site New Science.
Cette baisse serait due en grande partie aux milliers de gays qui achètent le traitement préventif ou sur Internet.
Il faut rappeler qu’en Grande Bretagne, contrairement à la France ou aux Etats-Unis, le traitement préventif ou PrEP n’est toujours pas autorisé.
« Il faut être très prudent à ce stade, mais je ne vois pas d’autre explication» affirme à New Science Will Nutland, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine. Il a lancé le site PrEPster, qui fournit des tonnes d’information sur la PrEP. Selon lui, «quelque chose d’extraordinaire s’est produit ces derniers mois, parce qu’un groupe d’activistes Faites-Le-Vous-Même s’est pris en main.»

D’après New Science, de nombreux utilisateurs de Truvada, le médicament utilisé dans la PrEP, se procurent sa version générique sur des sites de pharmacies en ligne indiennes ou du Swaziland, pour un coût mensuel de 40 livres (46 euros) au lieu de 400 livres (460 euros) en pharmacie de ville pour le médicament de marque.

La plupart des médecins ne recommandent pas l’achat de médicaments en ligne, principalement pour des questions de sûreté. Mais aujourd’hui, selon New Science, certains médecins aident les utilisateurs qui se procurent la PrEP en ligne en leur faisant des prises de sang ou des tests urinaires afin de vérifier que les médicaments ne sont pas des placebos et qu’il n’y a pas de danger pour les reins.

La montée rapide de l’utilisation de la PrEP l’année dernière au Royaume Uni serait liée à l’existence des sites d’information mais aussi à la publicité faite autour du refus des autorités publiques de santé de prendre en charge cet outil de prévention. Une attitude qui a coûté très chère aux contribuables anglais.

Greg Owen, qui gère le site I Want PrEP Now, estime que plus de 2000 personnes se procurent la PrEP à travers son site sans but lucratif.
Le National Health Service a annoncé en décembre dernier qu’il financerait un essai à grande échelle pour tester la PrEP auprès de 10000 personnes, les plus exposées au risque d’infection par le VIH, dans les trois prochaines années.