Manif pour tous Macron

Emmanuel Macron estime que la « Manif pour tous » a été humiliée pendant ce quinquennat

C’est par un tweet de David Doucet, rédacteur en chef des « Inrocks », que l’information a été d’abord diffusée hier soir.

Dans L’Obs sorti aujourd’hui jeudi 16 février, Emmanuel Macron explique qu’il est « obsédé par la réconciliation des Histoires », qu’il admire Philipe de Villiers, « l’entrepreneur culturel » (sic) et parle avec Eric Zemmour, l’un des pamphlétaires les plus réacs et homophobes.

Mais il y a mieux. Macron considère que l’une des erreurs du quinquennat a été d’ignorer une partie du pays, et cite comme exemple… la « Manif pour tous ». « C’est ce qui s’est passé avec le mariage pour tous, où on a humilié cette France-là. Il ne faut jamais humilier, il faut parler, il faut « partager » des désaccords ».

Comme le note Xavier Héraud sur Yagg: « les gays et les lesbiennes qui ont dû subir pendant des mois (et qui continuent à subir) l’homophobie des anti-mariage pour tous, apprécieront. »

Récemment, des rumeurs sur la supposée homosexualité de Macron ont circulé et le candidat les avait balayé par l’humour. Mais là, il manque sérieusement de jugeotte. Être contre le mariage pour tous, et lutter contre les droits des parents gays et lesbiens porte un nom: l’homophobie.

 

  • Nathanaël Meaurel

    Ce en quoi il a raison : il fallait dialoguer, expliquer pourquoi le mariage devait être étendu aux homosexuels. Alors que Hollande n’a pas prit la parole sur le sujet. Il a préféré rester caché derrière une colonne du palais de l’Elysée.

  • Philippe Verdy

    Là aussi, je suis d’accord, on ne gagne rien à ne vouloir convaincre ou expliquer à personne, même aux opposants (dont les soutiens mal informés peuvent aussi apprendre à modérer leurs opinions au lieu de suivre aveuglément les dérapages de ceux qu’ils suivent).
    Cependant on se demande encore quelle est la position réelle de Macron, qui semble vouloir écouter tout le monde, mais ne pas se prononcer non plus et a encore moins de programme que Hollande, même s’il est très présent sur les médias et réseaux sociaux (où en fait il n’a rien de concret à dire).
    Je crois bien qu’aux prochaines présidentielles on n’aura que le choix entre Le Pen et Macron, le PS (et avec lui tous les mouvements de gauche, et mouvements écologistes dispersés) et les LR/UMP disparaissant (également le centre, à qui Bayrou offre un soutien en abandonnant même la possibilité de soutenir ses propres réformes).
    Macron sera élu, mais qui sera dans son gouvernement ? Il n’y aura aucune entente parmi les soutiens qu’il a reçus. Et juste derrière avec les législatives les grands partis reprendront le droit sur l’assemblée (car Macron n’a pas les candidats nécessaires et suffisamment formés et crédibles, alors que maintenant Le Pen en a accumulé plein et peut en présenter partout).
    On aura donc un président faible, toujours aussi présent dans les médias, mais qui sera une vraie girouette et incapable de décider, et une succession rapide de ministères entre ministres qui se rendront des comptes et auront chacun leur avis, ce sera ingouvernable: Macron n’est pas un leader.
    Dommage que Bayrou ait abandonné la course, mais je pense que justement il restera sur les rangs pour les législatives. De leur côté, les LR arriveront tant bien que mal à se réconcilier, mais du côté de la gauche c’est fini.

    Le PS se meurt, le PC l’est déjà, et il ne restera que les programmes incongrus et catastrophiques de Le Pen (le pire pour la France si elle met à exécution son « Frexit » et une catastrophe pour l’Europe où il ne restera plus que l’Allemagne ce qui conduira à sa désagrégation, et à toutes les dérives nationalistes, en Espagne, en Belgique, dans tous les pays d’Europe de l’Est, en Italie du Nord, et au ravivement des conflits frontaliers notamment avec la Russie qui en profitera pour devenir le gendarme et imposer sa loi, son armée, sa politique liberticide, ses milices non officielles mais richement dotées qui iront venir même attiser le désordre partout en Europe, y compris dans nos cités populaires).

    Tout compte fait Macron pourquoi pas à condition qu’il se trouve un leader à côté, capable de prendre des positions claires et les soutenir. Mais Macron n’est pas non plus un bon négociateur, il cède sans arrêt devant tout le monde sans prenant bien garde de donner un avis et surtout une vision de l’avenir: il navigue à vue sans savoir où il va, et pourrait aussi bien nous précipiter vers des solutions extrêmes sans jamais le dire. Mais au moins il y a une chose qu’il préservera un peu: les intérêts économiques (mais pas forcément ceux des français, son but est juste de garder un marché ouvert et suffisant).

    Macron cependant a pour lui d’avoir des soutiens jeunes dont pourrait sortir les meneurs d’idées (mais je pense qu’assez vite ils se positionneront, à droite, à gauche, ou dans les ligues religieuses).

    Mais c’est sur le plan des libertés publiques et individuelles qu’on attend encore une position claire de Macron: il doit respecter les acquis pour tous et faire le ménage chez les vieux corrompus installés (à droite, à gauche et au FN). Et la France manque de soutien par les jeunes : dans tous les pays le vote des jeunes est indécis, ou abstentionnistes car la démocratie s’apprend avec le temps et l’expérience. Une bonne solution serait d’impliquer les jeunes plus tôt (électeur dè 16 ans, comme en Autriche) afin qu’ils puissent prendre des responsabilités et être crédibles et élus dès 18 ans.

    Et puis il est temps que les partis (La Marche de Macron y compris) fasse une vraie parité avec les femmes, et fasse confiance aux jeunes en les plaçant dans les listes bien avant les plus de 50 ans qu’on voit trop souvent. Les jeunes et les femmes doivent se sentir représentés, sinon ils s’abstiennent ou dérivent vers les extrèmes (encore peu représentés… sauf au parlement européen pour la France où pourtant ils sont notoirement absents et se font grassement payer !).