Marlène Schiappa parle de la PMA sur BFMTV

Marlène Schiappa (ré)annonce l’ouverture de la PMA en 2018, mais doit-on la croire?

La secrétaire d’Etat au droit des femmes, Marlène Schiappa, a déclaré sur BFMTV-RMC que le gouvernement ouvrirait la PMA en 2018, dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique.

Cet « engagement de campagne » sera « tenu », a-t-elle affirmé .« En termes de calendrier, nous serons sur l’année qui arrive, 2018, probablement avec les révisions de la loi bioéthique », a-t-elle précisé.

Du côté des militant.e.s, l’annonce a été accueillie avec un certain scepticisme, à l’image de la rédaction d’Alice Coffin, de l’Association des journalistes LGBT et ancienne du collectif Oui Oui Oui. L’activiste rappelle que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault avait fait plusieurs fois la même promesse, avant de céder à la Manif pour tous et d’abandonner la mesure.

Pour Denis Quinqueton, cela s’apparente à une diversion à la modification du code du travail, qui s’annonce houleuse.

Lors de sa campagne pour l’élection présidentielle, Emmanuel Macron avait promis d’ouvrir la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules après l’avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE). Ce dernier a rendu son avis fin juin 2017, quatre ans et demi après s’être saisi du dossier. Un avis favorable, mais très critiqué par les militant.e.s, comme le relevait Yagg. Le 11 juillet, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a affirmé que l’ouverture de la PMA serait discutée en 2018 dans le cadre de la révision de la loi bioéthique. C’est donc elle a priori – et sans grand enthousiasme apparent – qui devrait être chargée du sujet et non sa collègue Marlène Schiappa, qui a par ailleurs la lutte contre l’homophobie dans ses attributions. Un choix d’ailleurs critiqué par les associations, qui estiment que la PMA est une affaire d’égalité, pas d’éthique.

On rappellera également que le Premier ministre, Edouard Philippe, s’était abstenu lors du vote de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, au motif que cette loi risquait d’ouvrir la voie pour… l’extension de la PMA aux couples de femmes. Emmanuel Macron, lui, ne s’est pas exprimé récemment sur la question.

Enfin, au delà de cette annonce, qui n’en est pas forcément une, le gouvernement et le parlement devront, si jamais ils décident d’ouvrir la Procréation médicalement assistée, de trancher – entre autres – sur la question de la prise en charge et du remboursement, sur lequel le CCNE a émis des réserves. Le chemin sera long.