Pays Bas pinkwashing Geert Wilders

Pays Bas: le pinkwashing à la mode populiste avec Geert Wilders

Les électeurs néerlandais sont appelés aux urnes aujourd’hui. Les élections législatives doivent renouveler les 150 sièges de la Chambre des représentants et un nouveau gouvernement devra être formé. Pas moins de 28 partis sont en lice mais un parti d’extrême droite a pratiquement dominé toute cette campagne, le Parti pour la liberté (PVV) avec à sa tête Geert Vilders.

Agé de 53 ans, Geert Vilders est entré en politique comme assistant parlementaire et il est député depuis 2006. Son parti tient un discours populiste, fortement teinté d’islamophobie. Vilders défend aussi la sortie de l’Europe (le Nexit).

 

Allié du Front National

Allié au FN au Parlement européen, dans le groupe Europe des Nations et des Libertés il est sur une position plus libérale que Marine Le Pen puisqu’il ne souhaite pas remettre en cause le mariage des couples de même sexe. Marine Le Pen, elle, a annoncé qu’elle abrogerait la loi sur le mariage pour tous pour un « pacs amélioré. »

Aux Pays-Bas, le mariage des couples de même sexe est autorisé depuis la loi du 21 décembre 2001.

Geert Wilders sait pratiquer le pinkwashing quand ça l’arrange. Pour taper sur les musulmans, tous les moyens sont bons. Y compris en faisant peur aux LGBT en leur disant que l’islam menace leur mode de vie.

Diatribes anti-islam

Souvent décrit comme le pays de la tolérance, les Pays Bas accordent une place de plus en plus grande à ce parti populiste, même si ces dernières semaines, il a plutôt baissé dans les sondages.

Dans son discours anti-islam, Geert Wilders fait feu de tout bois. Il se pose en défenseur des droits des homosexuels qui, selon lui, seraient menacés par l’islam. Un discours qui fait bondir Laurent Chambon,  professeur de sciences sociales français installé aux Pays Bas. Cité par le site de la RTBF, il réagit à la stratégie du PVV. « C’est assez marrant de voir que l’extrême-droite qui utilise les homos pour taper sur les Musulmans parce que les homos, ils ont du se battre au centre et à gauche pour avoir l’égalité. On voit que c’est juste pour taper sur les Musulmans, s’il avait autre chose, il l’utiliserait. Il a ça sous la main, il fait comme il peut ».

Le Parti de la liberté, qui veut interdire le voile islamique et les minarets, était dirigé jusqu’en 2005 par le sulfureux Jorg Haïder (assassiné en 2012), qui ne trouvait pas que des défauts au régime nazi. En juin 2010, le PVV était devenu le troisième parti du pays, avec 24 sièges de députés.

Le PVV sera-t-il le premier parti des Pays Bas à l’issue de ces élections? Une chose est sûre: quelque chose a changé au pays de la tolérance. Et ce n’est pas très rassurant.