Pierre et Gilles célèbrent 40 ans de photos peintes

This post is also available in: Anglais

Si vous ne connaissez pas les noms Pierre Commoy et Gilles Blanchard, vous devez sans doute connaître leur travail.

Cela dure quand même depuis 40 ans.

En décembre a été publié chez Flammarion Pierre et Gilles: 40 (400 p.), un livre anniversaire des portraits inimitables créés par le photographe et le peintre, dont la collaboration artistique est perçue comme une union au paradis gay. Le travail lui-même est une synthèse du réel et du surréel, du sexy et du sublime, des tonalités ouvertement queer mélangées avec des représentations mythiques et religieuses.

Le livre lui-même aborde année après année la longue œuvre du duo – avec un essai perspicace du critique d’art et du commissaire Éric Troncy – depuis leurs premiers portraits peints de modèles légèrement vêtus à la fin des années 70 (en plus de personnalités bien connues comme Mick Jagger, Salvador Dalí et Iggy Pop) à leur travail ultérieur avec des superstars internationales de la culture pop comme Madonna, Naomi Campbell, Karl Lagerfeld et Kylie Minogue.

 

Autoportrait 78, 2014 © Pierre et Gilles / Courtesy Galerie Templon, Paris and Brussels, from Pierre et Gilles: 40 (Flammarion 2016)

Les oeuvres de Pierre et Gilles ont été exposées dans des musées et galeries du monde entier, ainsi que dans des magazines et des couvertures d’albums, et les hommes eux-mêmes ont reçus de nombreux prix internationaux d’art, dont le Grand Prix de la Photographie de Paris en 1993 et ont ils été nommés Chevalier des Arts et Lettres en 2012. Aucun ouvrage publié antérieurement n’a superbement présenté le travail impressionnant et reconnaissable de ce couple d’artistes, ce qui fait de Pierre et Gilles un article incontournable pour tout collectionneur queer sérieux.

Ceux qui auront la chance de se procurer un des 200 exemplaires en édition limitée auront droit à un tirage spécial, le tout dans un superbe coffret deluxe en forme de coquille.

Nous avons récemment interviewé Pierre et Gilles pour discuter de cette récente rétrospective de leur carrière, et de leur façon de travailler. Nous leur avons aussi parlé de l’impact profond que l’homosexualité inhérente à leurs créations a eu sur les queers à travers toute ces années.

Nous avons aussi essayé de soutirer un potin scandaleux de leur part sur une célébrité, mais sans succès. Pourtant, notre discussion est passionnante à lire.

 

Tout d’abord, je comprends que Pierre, vous êtes le photographe, et Gilles, vous êtes le peintre. Pouvez-vous dire quelque chose sur la façon dont votre processus fonctionne?

C’est d’abord la rencontre avec le modèle qui nous porte. Ensuite, on construit autour de sa personnalité. On imagine le décor et le personnage qu’il va jouer. On lui taille un rôle sur mesure.

Gilles: La prise de vue a lieu le temps d’un après-midi, le modèle pose habillé ou déshabillé dans le décor. On choisit la meilleure image, on tire l’image en grand format et on la peint, pour tout idéaliser. L’encadrement est spécialement réalisé par nous à chaque fois.

 

Oreste, 2013 © Pierre et Gilles / Courtesy Galerie Templon, Paris and Brussels, from Pierre et Gilles: 40 (Flammarion 2016)

 

Votre travail est particulièrement singulier dans la façon de mélanger des éléments de la culture gay avec la religion et la mythologie. Qu’est-ce qui vous attire à la fois à une telle esthétique unique?

 

Gilles: Pour nous, c’est naturel. Ce sont nos goûts. Ça vient de nos racines, de notre enfance. On a toujours fait ce qui nous venait du cœur. Pierre et moi, même si on s’est beaucoup apporté mutuellement, on a, dès le départ, eu des sensibilités très proches. On aime les images populaires, vernaculaires, des images produites par des photographes, qu’on a prises lors de nos voyages, des images que l’on trouve n’importe où à travers le monde, qui sont souvent en décalage avec le «grand art».

Mais tout nous inspire, on aime mélanger les cultures. On aime le cinéma, l’art, l’enfance; les marins, nous qui sommes tous les deux nés au bord de mer, etc. Ce sont toutes ces qui nourrissent notre travail.

Au fil des années, vous avez travaillé avec certaines des icônes de la culture gays – comme Madonna, Boy George et Kylie Minogue. Quelle est la chose la plus scandaleuse qui soit arrivée avec un ou une star sur un plateau?

Gilles: Rien de scandaleux.

Chacun est différent. Souvent, nous découvrons les modèles.

La chanteuse Punk Nina Hagen qu’on venait de photographier en déesse indienne Kali, et elle est partie à une soirée encore entièrement maquillée de bleu.
Jeff Stryker avait l’attitude d’un enfant très doux, très affectueux et ce qu’il préférait dans nos images était celles de la Vierge, des images religieuses.

Marianne, 2015 © Pierre et Gilles / Courtesy Galerie Templon, Paris and Brussels, from Pierre et Gilles: 40 (Flammarion 2016)

 

En tant qu’artistes, vous n’avez jamais cessé de montrer l’homosexualité inhérente à votre travail. Cela a-t-il eu une incidence sur la réception de votre travail au cours des années?

Pierre: Pour nous, c’était quelque chose de naturel. On ne s’est jamais caché de rien.

Il y a beaucoup de jeunes gays qui nous ont écrit et que nous avons parfois rencontré, qui nous ont dit que ça les avait aidé, que ça leur avait donné une belle image de l’homosexualité.

Nos amis autour de nous sont gays, hétéros, lesbiennes, transsexuels, blacks, blancs, beurs. On aborde donc naturellement toutes les formes de sexualité dans notre travail. On apporte un regard sur le monde avec toutes ses différences.

Vous deux avez été ensemble pendant quatre décennies, et avez travaillé ensemble tout au long de ce temps. Quel est le secret pour maintenir votre relation toutes ces années?

Beaucoup de respect l’un envers l’autre et de liberté. On a un côté très enfant où on se dit les choses très naturellement, voire même brutalement. On est très directs. En même temps, il y a un côté très magique. On s’est rencontrés, on devait se rencontrer. C’est le côté magique du monde qui ne s’explique pas. On a besoin l’un de l’autre, on est complémentaires.

40 ans–Autoportrait, 2016 © Pierre et Gilles / Courtesy Galerie Templon, Paris and Brussels, from Pierre et Gilles: 40 (Flammarion 2016)

« Pierre et Gilles: 40 » est en vente en librairie.

Traduction: Christophe Martet