L’histoire nous enseigne pourquoi les LGBTQ ne devraient pas soutenir l’extrême droite

This post is also available in: Anglais

Si l’existence du groupe homo des Républicains Log Cabin reste un mystère depuis 40 ans, au moins il a un peu plus de sens que des groupes comme Twinks for Trump ou les gays qui vont voter pour Marine Le Pen demain en France. Alors que la plupart des partis de droite n’ont pas toujours été pas particulièrement accueillants pour la communauté queer, l’extrême droite les fait ressembler à un groupe de PFLAG (l’équivalent américain de l’APGL, l’association des parents et futurs parents gays et lesbiens).

night of the long knives, mike pence, ect
Un meme de l’alt-droite. Voyez, c’est drôle parce que Mike Pence approuve l’utilisation de la thérapie par électrochocs pour «guérir» l’homosexualité!

Bien sûr, l’alt-droite (la droite alternative et suprémaciste blanche) aura beau jeu de dire qu’elle n’est pas homophobe puisqu’elle a dans ses rangs des gens comme Milo Yiannopoulos, ancien rédac chef de Breibart. Le parti fasciste Alternative für Deutschland a un leader lesbienne et le Front national, le parti de Marine Le Pen, a même un homme gay comme numéro deux. Et un président par intérim lui aussi homo. Même si ces derniers ne l’assument pas vraiment.

Mais compte tenu des liens forts avec la suprématie blanche dans le mouvement alt-droite, ça serait bien que les alt-droitistes gays se renseignent sur ce qu’il s’est passé un peu avant la Seconde Guerre mondiale. Principalement, nous aimerions leur parler de Die Nacht der langen Messer ou, en français, La Nuit des Long Couteaux et l’histoire d’un homme appelé Ernst Röhm.

L’histoire d’Ernst Röhm

Ernst Röhm, chef du Sturmabteilung (SA) de 1931 à 1934

Né en 1884, Röhm a rejoint le parti nazi dès 1919. Il y rencontre Adolf Hitler et se lie d’amitié avec lui et devient un nazi dévot. Il a dirigé le Putsch de Munich en 1923, l’événement qui a mené à son emprisonnement et à celui de Hitler, qui écrit alors Mein Kampf.

Röhm a grimpé tous les échelons du parti nazi. En 1924, il crée le Frontbann, qui était une alternative juridique à la Sturmabteilung (ou SA), une milice nazie alors interdite. Bien qu’il avait l’intention de se retirer de la politique en 1925, cela change lorsque Hitler prend le contrôle de la SA en 1930 et appelle son ancien ami: « J’ai besoin de toi ». Röhm est devenu le chef d’état-major de la SA.

Röhm s’est avéré être un allié précieux. La SA atteint rapidement plus d’un million de membres. Grâce à une campagne d’intimidation, les nazis prennent le pouvoir. Lorsque Hitler est nommé chancelier en 1933, la SA est devenue sa force de police auxiliaire et poursuit avec succès sa campagne d’intimidation, obligeant les fonctionnaires du gouvernement au niveau local à se soumettre aux nazis.

Il convient de préciser que Röhm était ouvertement gay, ainsi que d’autres dirigeants de la SA, y compris l’adjoint de Röhm, Edmund Heines. Le journaliste américain H. R. Knickerbocker écrivait en 1941 que «les chefs, les hommes du rang de Gruppenfuehrer ou Obergruppenfuehrer de Röhm, et qui commandaient des unités de plusieurs centaines de milliers d’hommes, étaient presque sans exception homosexuels».

Ce n’était pas une surprise pour Hitler. Il savait que Röhm était gay et les deux hommes étaient très proches. Knickerbocker souligne également que leur proximité a conduit à des rumeurs selon lesquelles Hitler était également gay. Malgré des événements comme l’incendie de l’Institut de Magnus Hirschfeld (Institut für Sexualwissenschaft) en 1933, Röhm pensait que tout irait bien.

Tout n’allait pas bien: la Nuit des Longs Couteaux

La SA était controversée, même au sein du régime. Lorsque Hitler a pris la tête du gouvernement, il a estimé que la SA n’était plus nécessaire, compte tenu de ses techniques de combats de rue. La SA avait la réputation de regrouper des voyous indisciplinés, alors, lorsque Röhm a suggéré de les réunir avec la Reichswehr, l’armée allemande traditionnelle, cela ne s’est pas bien passé.

Ce n’était pas seulement la violence de la SA qui a poussé les dirigeants du Reich contre Röhm et la SA. C’était le fait que la SA avait la réputation d’être de «morale corrompue» – un mot codé pour désigner l’homosexualité. Hitler a proposé de réduire les effectifs de la SA des deux tiers – puis un peu plus tard, il a annoncé qu’il la réduisait davantage. Röhm était contrarié et a essayé de proposer des compromis pour maintenir la SA vivante.

Le 28 juin 1934, Hitler a appelé Röhm et lui a demandé de rassembler tous les dirigeants de la SA pour une conférence, le 30 juin. Röhm n’a vu aucune raison de se méfier et a accepté.

Malheureusement pour Röhm, le 30 juin ne fut pas une conférence. C’était ce qu’on appellera plus tard La Nuit des Longs Couteaux. Hitler a fait personnellement arrêté Röhm et les dirigeants de SA. Entre le 30 juin et le 2 juillet, tous les dirigeants de SA ont été «purgés» (assassinés), tout comme d’autres adversaires nazis, dans toute l’Allemagne. Cet évènement est montré dans le puissant film de Luchino Visconti, Les Damnés.

En raison de leur amitié, Hitler a laissé à Röhm l’option du suicide. Röhm a refusé en disant: « Si je dois être tué, qu’Adolf s’en charge ». Hitler ne l’a pas fait – Röhm a été tué par Theodor Eicke, commandant du camp de concentration à Dachau, et Michael Lippert, l’adjoint d’Eicke.

Qu’est-ce qui a causé La Nuit des Longs Couteaux? La peur d’un coup d’Etat ou l’homophobie?

Hitler a prétendu qu’il devait éliminer les dirigeants de la SA pour prévenir un coup d’Etat. Cependant, Hitler n’a présenté aucune preuve qu’un tel coup d’Etat était en préparation. En fait, Röhm et la SA sont toujours restées fidèles à Hitler. Lorsque l’adjoint de Röhm, Karl von Spreti – également gay – a été tué, ses dernières paroles ont été: « Heil Hitler ».

Viktor Lutze a remplacé Röhm à la tête de la SA. Lutze était en fait un homme de paille: il n’a pas fait grand chose pour soutenir la SA qui a perdu de son influence les années suivantes. Cependant, l’une des missions de Lutze était de mettre fin à l’homosexualité dans la SA – cet ordre venant directement de Hitler lui-même.

Toute allusion à Röhm a été bientôt purgée de la propagande nazie.

Un avertissement pour l’avenir

Nous ne racontons pas l’histoire de Röhm pour susciter de la sympathie pour lui. Röhm était un nazi – alors tant pis pour lui. Nous voulons seulement souligner qu’il est judicieux de bien choisir ses amis. Dans ce cas, c’est important de connaître le concept de «l’idiot utile», quelqu’un qui est secrètement méprisé par ceux qui sont au pouvoir, mais dont le soutien est accepté et exploité.

Les choses ne se passent pas bien pour les idiots utiles. Nous l’avons vu à plusieurs reprises en Amérique: les électeurs des états conservateurs ont dénigré l’Obamacare et ont élu des dirigeants qui promettent de le supprimer – sans se rendre compte que l’Obamacare est d’abord la Loi sur les soins abordables qui a sauvé leurs vies à plusieurs reprises.

En France, si Marine Le Pen arrivait au pouvoir, elle supprimerait le mariage et l’adoption et bien d’autres choses encore. Et son programme économique aurait sans doute un impact négatif pour les plus vulnérables.

Quand on voit ce que Marine Le Pen ou Trump voudraient faire des droits LGBT, les gays feraient bien de regarder par dessus leur épaule. Les dirigeant.e.s qu’ils adulent ne les aiment pas en retour.

Traduction et adaptation: Christophe Martet