Dix leçons apprises en travaillant dans un sauna gay

This post is also available in: Anglais Espagnol Portugais Thaï Chinois traditionnel

Suite à certains changements dans ma vie – un déménagement à Portland, un divorce – je me suis retrouvé sans travail. Il y avait un tel fossé dans ma vie professionnelle que personne ne répondait à mes candidatures. Donc, un ami, fatigué de toujours me demander où en était ma recherche d’emploi… et de payer mes boissons, m’a dit: «Je connais un établissement qui embauche.» Il m’a envoyé un lien. J’étais d’abord choqué qu’il m’envoie une offre d’emploi pour un sauna gay local, mais je l’ai accepté comme un défi.

Étonnamment, ils m’ont embauché.

Voici 10 leçons que j’ai apprises en travaillant dans un sauna gay:

1. Vos amis auront des réactions très contrastées

Je n’étais sur la Côte ouest que depuis deux ans. Les amis de Philadelphie, avec qui j’ai grandi, ont ri de mon nouveau travail. Les réactions des amis gays ont été mitigées. Mes amis de Portland voulaient juste que j’aie un emploi. Toute réponse, cependant, était précieuse.

« Je te jure, tu as toujours des boulots sur lesquels tu peux écrire », m’a lancé une vieille connaissance de Philadelphie. « Un bon travail n’est pas forcément un bon sujet ».

Un autre copain de Boston était plutôt puritain. « Tu as besoin de travailler. Surtout, ne t’impliques pas trop.  » Il croit que la Côte ouest n’est que vice, et que le littoral, de San Diego à Seattle, est le lieu d’une Babylone d’iniquité.

« Fantastique », a déclaré le copain de New York. « Pense aux anecdotes. Dis-moi tout à propos de ça! Les mecs sont-ils chauds? Quelqu’un t’a-t-il déjà coincé et … « . Pour répondre à cette question, les employés ne sont pas autorisés à utiliser le club tout de suite. Il y a une période de probation. De plus, en aucun cas, vous ne devez faire quoi que ce soit avec les clients, au-delà de plaisanteries légères et subtilement salaces.

Mais un ami plus âgé et très sage, actif dans son église, a eu la réponse la plus érudite: « C’est un sacerdoce. Tu travailles pour apporter la joie charnelle dans la vie des gens.  »

2. Vous devrez savoir qui mérite la vérité … et qui mérite un pur mensonge

« Où travailles-tu? » demande ma mère.

« Oh, je ne t’ai pas dit? »

« Non. Tu m’as dit que c’était à temps partiel « , dit-elle. » Tu devais prendre n’importe quel travail.  »

J’ai répondu rapidement: «Je travaille dans une salle de gym». J’avais travaillé dans une salle de gym à Philadelphie.

«Une salle de gym exclusivement masculine», a déclaré un ami de San Francisco au sujet de ce dialogue. « Tu ne mens pas vraiment. Il y a des douches et des casiers, et tu passes beaucoup de temps à plier des serviettes. Et les clients font de l’exercice.  »

Donc, voici l’histoire que j’ai racontée à des non-queers et à d’autres personnes qui pourraient juger mon nouvel emploi. Pour les futurs employeurs potentiels, je ne savais pas quoi dire. Pourrais-je leur dire la vérité? Non. J’ai évoqué beaucoup de travail freelance.

gay bathhouse 2
image by .shock

3. Les gants deviennent vos meilleurs amis

Lorsque vous êtes engagé dans un sauna gay, c’est souvent pour travailler à la réception, tout comme les gens qui vérifient les adhésions à la salle de gym. Mais vous devrez également nettoyer. Au sauna, les tâches sont partagées par tous, indépendamment de l’ancienneté.

Je me souviens de mon pétage de plomb.

Dans les cabines privées – certains d’entre vous savent à quoi elles ressemblent – il y a toujours une poubelle. Une fois, je collectais des déchets quand – boom! (je le jure ça a fait un bruit) – un préservatif usé est tombé sur le matelas, versant les restes de la jouissance d’un homme. Beaucoup de jouissance. J’ai crié, et un autre employé est rapidement venu dans la cabine.

« Ton premier? » me demande-t-il.

« Oui. »

« Réjouis-toi, chéri. Il y en aura encore beaucoup d’autres ».

Il avait raison.

On ne vous fournit pas des gants uniquement à cause des fluides corporels. La raison principale des gants est le nettoyant de type hospitalier, qui est assez costaud lorsqu’il est utilisé souvent.

4. Travailler dans un sauna gay est une séance d’entraînement

Dans un sauna gay, vous êtes chargé de laver des serviettes sales, puis de les mettre dans le sèche-linge. Bien sûr, vous devrez les rouler ou les plier. C’est une belle séance d’entraînement du haut du corps en raison de la répétition.

Vous êtes également beaucoup debout. Une application santé sur votre téléphone enregistrera plusieurs kilomètres par jour. Ensuite, il y a des seaux d’eau pour laver les sols et désinfecter les sandales du club.

Les bains de vapeur doivent être nettoyés plusieurs fois par jour. Plusieurs fois par semaine, un nettoyage vraiment minutieux doit être effectué. Les grilles sont enlevées, et elles sont lourdes. Ensuite, vous frottez tout: là aussi, c’est une séance d’entraînement.

Ensuite, bien sûr, il y a les matelas. Ce sont généralement des matelas jumeaux, mais les clubs ont souvent des cabines haut de gamme avec des matelas encore plus grands. Ceux-ci doivent être nettoyés, des deux côtés. Si vous faites six à huit de ces mouvements par jour, vous êtes sûr de voir vos pectoraux et vos biceps se développer.

5. Il est préférable de ne pas s’adresser aux clients du sauna gay en public

Bien sûr, vous aurez des conversations avec les habitués. Ils voudront peut-être tout savoir sur vous. Mais si vous les voyez en dehors du sauna, il est préférable de ne pas crier: « Hé, quelqu’un s’est fait baisé super fort la nuit dernière! On pouvait vous entendre depuis  la réception!  »

Je passe beaucoup de temps dans des établissements gays (lire: les bars) et je savais que je pouvais approcher les clients uniquement s’ils faisaient un sourire qui indiquait que je connaissais leur secret. Nous étions complices, et me voir out était un peu excitant pour eux. Ils me payaient des boissons, ils respectaient ma position et, au moins, ils n’ont pas dit aux autres: « Oh, oui, je connais Sebbie du sauna ». Au lieu de cela, j’ai été décrit comme un « pote de bar ».

Mais j’ai aussi connu exactement le contraire. Les yeux d’un homme se sont détachés en me reconnaissant. Il s’est éloigné, mais je n’étais pas vexé. Il a toujours été très gentil avec moi au travail, alors pour le mettre à l’aise, je me suis déplacé à l’extérieur du bar.

6. Oui, vous « verrez des choses »

« Je parie que tu vois beaucoup d’action », a déclaré un mec plutôt sexe avec qui j’étais sorti.

« Oh, tu sais bien que oui », ai-je répondu.

Après un mois de travail dans un sauna gay, j’étais vacciné. Les: Oh, mon Dieu, c’est tellement chaud! ou Oh, merde, je ne pensais pas qu’on pouvait le faire avec une courgette!. C’était amusant au début, mais bientôt tu marches sans même tourner la tête au moindre gémissement.

Les serveurs disent souvent qu’ils ne peuvent pas regarder la nourriture après le travail. C’est un peu la même chose.

Le plus que vous voyez vraiment est du porno. Vous nettoyez sans arrêt des cabines vidéo, et les clients laissent les téléviseurs allumés quand ils partent. Finalement, vous perdez tout intérêt à regarder, et à la place, vous critiquez: « Qui a décoré cette chambre, sa grand-mère? » Vous vous dites. « Cette pauvre grand-mère. Elle part en Floride pour l’hiver mais laisse son petit-fils égaré rester chez elle. Maintenant, il est là, louant l’endroit à un producteur de pornographie, en train de faire un 69 dans le salon, juste devant l’arbre de Noël. »

7. Dans un sauna gay, vous prononcerez souvent la phrase: «Monsieur, je travaille»

Tels des serviteurs, dans un sauna gay, vous devez être vu mais pas entendu. Vous êtes là pour travailler. Mais vous avez droit aux dragueurs. Peut-être qu’ils s’attardent un peu trop longtemps à la réception, et vous savez qu’ils vont vous draguer. Lors d’une de mes premières journées de travail – un après-midi calme en semaine – j’ai sorti mon pulvérisateur  et mon chiffon de nettoyage et suis allé pulvériser le cadre autour du glory-hole. Tout à coup, un grand phallus m’a été présenté. Bien que j’étais certes flatté, je ne savais pas quoi dire, alors j’ai levé les yeux. Le propriétaire de cette bite me souriait d’en haut. « Monsieur, je travaille », a été ma réponse cocasse, mais cela a fonctionné. Il a éloigné son membre de mon visage.

8. Les clients vous tiennent parfois responsable de leurs échecs

Les saunas étaient à l’origine destinés au bain. Ce n’est qu’au siècle dernier que l’eau courante est devenue standard dans les logements individuels. Si vous travailliez dans une mine de charbon, vous alliez au moins une fois par semaine au sauna local pour vous laver.

Bien sûr, les saunas sont devenus presque exclusivement des établissements où les hommes se rassemblent pour faire du sexe. Certains hommes, cependant, viennent vraiment pour se détendre. Certains sont hétéros et assez à l’aise pour repousser les avances. Ces mecs veulent profiter du sauna, entrer, sortir et rentrer à la maison. Bien sûr, la majorité écrasante veut entrer, jouir, sortir et rentrer à la maison.

Des clients bredouilles vous réprimandent parfois. Ils ont fait un «investissement en temps et en argent», et ils n’ont pas «eu l’expérience complète». Cela est généralement le cas d’hommes en colère et nus, les sourcils froncés au-dessus de pénis flasques et déçus.

« Ce n’est pas notre travail de vous faire jouir », leur rappelez-vous. « C’est votre responsabilité. »

gay bathhouse 1
image by Juanmonino

9. Il y aura du bizutage

Chaque fois que des gays sont ensemble, il y a toujours des persifleurs bien intentionnés. Dans le sauna, on s’accusait toujours d’être plus âgés, d’être plus sexuellement actifs que nous ne l’avions admis ou d’être moins sexuellement actifs que nous l’avions affirmé. Mais étant donné que tu travailles dans un espace fermé et confiné avec tes collègues, les bêtises, les vannes et les «persiflages» sont sans fin.

Vous êtes tout le temps entouré d’activité sexuelle, ce qui peut être écrasant mais aussi émancipateur. Mais, plus que cela, il y a souvent une crainte persistante d’être jugé par tous les autres pour votre travail. Cela signifie qu’il faut être au taquet tout le temps. Vous devrez être rapide d’esprit, et vous devrez apprendre à répondre à chaque collègue – et aux habitués – à un niveau personnel.

Ceci – plus que de soulever une douzaine de matelas pendant une journée bien remplie, ou de s’occuper de préservatifs qui fuient – sera la partie la plus difficile de votre travail.

10. Ce ne sont pas seulement des «vieux cochons» qui fréquentent le sauna gay

Lorsque j’étais étudiant à New York, on m’avait mis en garde contre les saunas. Ils étaient décrits comme des lieux pour les toxicomanes ou pour des mecs plein d’IST. Les choses ont tellement changé. Les mecs maintenant savent que les garçons séropositifs non détectables ne peuvent pas transmettre le virus et, avec de plus en plus de gays qui choisissent de prendre la PrEP,  la clientèle des saunas s’est diversifiée. Vous rencontrez des étudiants aussi souvent que des retraités.

En outre, les saunas travaillent souvent avec des organisations de santé queer locales qui viennent et offrent des tests et des résultats gratuits sur place. Certains mecs préfèrent faire le test dans des situations totalement anonymes ou dans des espaces qui fournissent un soutien et un conseil sans jugement.

J’ai rencontré de nombreux Européens qui fréquentent un sauna gay pour faire des connaissances car ils n’ont peut-être pas d’amis locaux. Tant qu’ils ne restent pas au-delà des heures allouées – en fonction des lois fiscales locales sur les hôtels – ils peuvent facilement venir pour dormir un peu et prendre une douche avant leur vol de 5 heures du matin. Ces touristes entrent, ferment leur porte, mettent des écouteurs et dorment. Vous leur appelez un taxi pour l’aéroport, et ils s’en vont en portant une cravate.

Je ne travaille plus dans un sauna gay, mais c’était une expérience que je n’oublierai jamais. Je ne le déconseille pas, surtout si vous êtes un créatif et que vous aimez le travail indépendant. Si vous ne pouvez pas supporter les vannes, ou si vous êtes mal à l’aise de travailler dans un environnement sexuel, peut-être que ce n’est pas pour vous.

Une fois, après avoir arrêté mon boulot au sauna, j’ai croisé l’un de ses clients réguliers. Quand il m’a demandé si je voulais venir chez lui, je n’ai pas pu m’empêcher de répondre: « Bien sûr, Monsieur, je ne travaille pas ».

Sebastian Fortino

Traduction: Christophe Martet

Image principale par Wavebreakmedia via iStock