Une étude affirme que la solitude pourrait tuer plus rapidement que l’obésité

This post is also available in: Anglais Espagnol

Vous êtes-vous déjà senti si seul que vous pourriez en mourir? Selon une nouvelle étude, la solitude et l’isolement social est un problème de santé publique plus important pour les Américain.e.s que l’obésité. Les chercheurs affirment que les personnes ayant des relations sociales plus importantes réduisent de moitié leur risque de décès prématuré.

«Être socialement en lien avec les autres est largement considéré comme un besoin humain fondamental – et même crucial pour le bien-être et la survie. Des exemples extrêmes montrent que les nourrissons en soins de garde qui manquent de contact humain ne s’épanouissent pas et meurent souvent, et en effet, l’isolement social ou l’isolement solitaire a été utilisé comme une forme de punition », a déclaré Julianne Holt-Lunstad, Ph.D., professeur de psychologie à la Brigham Young University.

« Pourtant, une part croissante de la population américaine souffre maintenant d’isolement de façon régulière ».

L’étude a examiné les effets sur la santé de l’isolement social, de la solitude et du fait de vivre seul auprès d’environ quatre millions de personnes. Les chercheurs ont constaté que ces trois facteurs avaient un effet important sur le risque de décès prématuré et, dans certains cas, dépassaient l’obésité en tant que facteur de risque majeur.

« Il existe des preuves solides que l’isolement social et la solitude augmentent considérablement le risque de mortalité prématurée et l’ampleur du risque dépasse celui de nombreux indicateurs de santé de premier ordre », a déclaré Holt-Lunstad.

« Avec un vieillissement croissant, l’effet sur la santé publique ne devrait que croître. En effet, de nombreux pays du monde admettent désormais que nous sommes confrontés à une «épidémie de solitude». Le défi auquel nous sommes maintenant confrontés est ce qui peut être fait à ce sujet. »

Les données les plus récentes du recensement aux États-Unis montrent que plus d’un quart de la population vit seule, plus de la moitié de la population n’est pas mariée et, depuis le précédent recensement, les taux de mariage et le nombre d’enfants par ménage ont diminué.

« Ces tendances suggèrent que les Américains deviennent moins connectés socialement et vivent plus souvent la solitude », a déclaré Holt-Lunstad.

Toute la société est touchée par ce phénomène. Récemment le Huffington Post avait consacré un long reportage à l’épidémie de solitude chez les gays.

Traduction: Christophe Martet

Que pensez-vous de cette étude? Réagissez ci-dessous et sur notre Facebook.