SOS homophobie dénonce une proposition de loi qui amalgame homoparentalité et pédopornographie

Le 24 octobre dernier, une trentaine de député.e.s Les Républicains ont déposé une proposition de loi sur la  «La protection de l’enfant».

Signé en premier par le député Daniel Fasquelle, qui s’était beaucoup opposé au mariage pour tous, le texte demande «en premier lieu» de transposer en droit français des textes internationaux tels que la Convention des Nations Unies sur les droits de l’Enfant,  les directives européennes, en particulier celle sur la pédopornographie» et «en second lieu et corrélativement corriger des incohérences de notre droit, qui tiennent, par exemple, à ce que le mariage entre personnes de même sexe ait été mal placé dans le code civil.».

Après avoir pris connaissance de la teneur du texte,SOS homophobie en demande le retrait. « L’association de la pédopornographie, du mariage pour toutes et tous et de la protection des enfants relève de l’incitation à la haine et à la violence envers les personnes lesbiennes, gay, bi et trans (LGBT). », dénonce l’association.

De plus, ajoute SOS homophobie « En appelant au remplacement dans le code civil du terme «parents» par «père et mère», ce texte nie l’existence des familles homoparentales et met en cause la situation et les droits de nombreux enfants que ces député.e.s prétendent protéger. »

Par conséquent, l’association demande « le retrait immédiat de la proposition de loi » et le groupe Les Républicains à « condamner fermement » le texte.

L’un des signataires a déjà renié la proposition de loi

L’un des signataires, le député du Maine et Loire Jean-Charles Taugourdeau, n’a pas attendu et a déjà renié la proposition de loi.  « Ce lien entre les deux sujets [mariage pour tous et pédopornographie] ne me plaît pas spécialement, et j’ai sans doute trop survolé ce texte », déclare-t-il à Ouest France. Le député, qui s’était lui aussi fermement opposé au mariage pour tous, affirme avoir changé d’avis depuis. « Il y a souvent beaucoup d’émotion, d’attention, de dignité, à un niveau qu’on retrouve trop rarement dans les mariages hétéros… », lance-t-il ainsi.

La proposition de loi venant d’un groupe parlementaire de l’opposition, elle a toutefois peu de chances d’aboutir.