Tchétchénie: Cinq ministres des affaires étrangères européens interpellent la Russie

Le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Marc Ayrault, l’a confirmé hier sur son compte Twitter. Lui et quatre de ses collègues européens ont adressé une lettre à leur homologue russe pour l’interpeller sur la situation des LGBTI en Tchétchénie.

Dans leur lettre à Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, et que l’AFP a consulté, les cinq ministres écrivent:

« Cher collègue, nous sommes profondément inquiets des multiples rapports d’organisations internationales» concernant les persécutions dont sont victimes les homosexuels. […] Nous appelons le gouvernement russe à enquêter sur ces terribles allégations et à garantir la sécurité des militants et des journalistes qui enquêtent», ont-ils ajouté. «Nous appelons le gouvernement russe à user de son influence sur les autorités régionales de Tchétchénie pour faire cesser immédiatement toute persécution, apporter assistance aux victimes et déférer les auteurs devant la justice ».

Le Français Jean-Marc Ayrault, l’Allemand Sigmar Gabriel, le Britannique Boris Johnson, le Néerlandais Bert Koenders et la Suédoise Margot Wallstrom sont les signataires de ce courrier,

Dans la république de Tchétchénie, qui fait partie de la fédération de Russie, une centaine d’homosexuels ont été arrêtés, certains torturés et la mort de trois d’entre eux a été confirmée. Début avril, c’est le journal russe d’opposition, Novaïa Gazeta, qui a publié une première enquête révélant la traque, l’arrestation, la torture et les disparitions d’homosexuels en Tchétchénie.

Mardi 2 mai, lors de sa rencontre à Moscou avec Vladimir Poutine, la chancelière allemande Angela Merkel a interpellé le président russe sur la situation en Tchétchénie. Elle lui a demandé d' »user de son influencer pour garantir les droits des minorités » après avoir entendu des « informations négatives sur le traitement des homosexuels, particulièrement en Tchétchénie. C’est la première fois qu’un chef de gouvernement affiche sa préoccupation et en appelle aux autorités russes. Celles-ci semblent pour l’instant faire la sourde oreille.
LIRE AUSSI | Tchétchénie: paroles de manifestant.e.s au rassemblement parisien en solidarité avec la communauté gay

 

(Image du témoignage d’un survivant interviewé par France 24)