homophobie sport

Pour les parlementaires britanniques, il faut instaurer la « tolérance zéro » contre l’homophobie dans le sport

Ca bouge dans le sport britannique et l’homophobie n’y aura plus forcément de beaux jours devant elle. C’est ce qu’indique un rapport du Comité culture, médias et sport de la Chambre des communes, tel que rapporté par le site de So Foot, a publié un rapport sur l’homosexualité dans le sport.

Le constat des parlementaires s’appuie sur long travail d’invesigation. Ils ont également reçu 40 contributions écrites de la part de sportifs et d’entraîneurs de très haut niveau ainsi que d’experts universitaires notamment.
Pour le moment, explique le rapport, le sport n’est pas en phase avec la société en ce qui concerne l’homophobie. Il ne l’est pas non plus en ce qui concerne les personnes trans.
Le rapport explique que les stéréotypes et les discriminations conduisent plus fréquemment les jeunes LGB à abandonner leur sport favori. Autre exemple, selon une étude de la radio de la BBC, la moitié des fans de football ont entendu des remarques homophobes dans les stades.
Le rapport recommande que les instances officielles et les marques sponsors des joueurs et des joueuses fassent tous leurs efforts pour aider les athlètes qui souhaiteraient faire leur coming-out.

«Selon les informations que nous avons recueillies dans cette enquête, nous pensons qu’il y a beaucoup d’athlètes homosexuels qui ne le révèlent pas, parce qu’ils ont peur de l’impact que cette décision pourrait avoir sur leur carrière, leur vie et leurs proches» , explique le député Damian Collins, président du Comité qui a publié le rapport.

Même si les parlementaires reconnaissent qu’on ne part pas de zéro et qu’il y a déjà eu un certain d’actions de mener au Royaume Uni, il faut aller beaucoup plus loin.
Pour combattre l’homophobie dans le sport, Collins souhaite «instaurer une tolérance zéro face au langage et aux attitudes à caractère homophobe, avec des sanctions standardisées dans toutes les disciplines.»