Tourisme LGBT à Paris: Jean-Luc Romero présente 52 propositions à Anne Hidalgo

Anne Hidalgo l’a promis. Le rapport sur le tourisme LGBT à Paris que lui a remis ce matin Jean-Luc Romero-Michel ne restera pas sur une étagère. « De toute façon, nous n’avons pas beaucoup d’étagères et nous sommes plutôt très actifs », a-t-elle lancé.

La mission qu’elle avait confiée à Jean-Luc Romero-Michel tient en ces quelques mots: « valoriser le tourisme lié à la culture LGBT dans la capitale. »

Paris est à la traîne en matière d’attractivité pour les touristes gays, mais aussi lesbiennes bis et trans. Des villes comme Montréal, New York, Tel Aviv, ont vite compris l’intérêt de se montrer ouvertes. Comme l’a confié Anne Hidalgo dans son discours, c’est en parlant avec un représentant de la ville de Tel Aviv à propos des enjeux d’attractivité économique qu’elle a pris conscience de l’importance pour Paris d’être LGBTI-friendly. Si l’on veut attirer les entreprises innovantes, lui a dit en substance le représentant de Tel Aviv, il faut être une ville accueillante pour toutes et tous et en particulier les LGBTI.

Jean-Luc Romero-Michel a lui souligné les atouts de la capitale. Un réseau associatif développé, une offre culturelle très importante, des offres de clubbing et de fêtes, « y compris pour les lesbiennes et les leathers » diversifiées.

Parmi les propositions phare, la Ville de Paris remettra chaque année, le 17 mai, jour de l’IDABLHOT, un Prix à des personnalités LGBTIQ qui se battent notamment à l’international pour l’avancée des droits. Une association visant à coordonner toutes les actions sera créée pour rassembler autour de Paris des associations, des entreprises, mais aussi l’Office du Tourisme et la Préfecture de Police.

A propos des entreprises, la maire de Paris et Jean-Luc Romero-Michel n’ont pas hésité à pratiquer le name and shame au sujet d’Air France. La compagnie aérienne semble en effet sourde à toute initiative en direction des LGBT.

Anne Hidalgo a insisté aussi sur la nécessité de voir l’érection d’un monument LGBT, « où chacun et chacune pourra venir pour le travail de mémoire. » Elle a aussi insisté sur les archives, dont le projet d’ouverture à Paris n’a toujours pas abouti.

Non sans humour, elle a expliqué qu’elle aimerait bien aussi pouvoir aller passer du temps dans les soirées, pour s’éclater.

Plus sérieusement, à l’issue de son discours, elle a remis à deux associations luttant pour les droits LGBT la médaille du Grand Vermeil, la plus haute distinction de la Ville de Paris. Shams Tunisie et ARDHIS ont été reconnues pour leur travail immense et précieux auprès des plus vulnérables.

De gauche à droite: Jean-François Martins, Bruno Julliard, Hélène Bidard, Jean-Luc Romero, Yadh Krendel, Frédéric Chaumont, Anne Hidalgo Photo Xavier Héraud