Une étude suggère que l’homophobie de l’Eglise provoque dépressions et suicides chez les LGB

This post is also available in: Anglais

Notons d’emblée que cette étude s’est penchée sur la recherche concernant les personnes gays, lesbiennes et bis, pas les personnes trans.

Un nouveau rapport de la Fondation Oasis estime que les prises de position et les politiques de l’Église «portent gravement atteinte à la santé mentale des personnes lesbiennes, gaies et bisexuelles en dehors de l’Église, souvent avec des conséquences mortelles».
Le rapport examine une longue liste de recherches montrant que les personnes LGB sont beaucoup plus susceptibles de rencontrer des problèmes de santé mentale que les hétérosexuels.

Selon de nombreuses études, on estime que les personnes LGB sont trois fois plus susceptibles de souffrir d’une mauvaise santé mentale, avec certaines études suggérant que le chiffre pourrait être plus proche de 13 fois plus de risques. Ces problèmes de santé mentale peuvent affecter les personnes LGB de tous âges, mais l’impact sur les taux de suicide des jeunes et les tentatives de suicide est particulièrement notable statistiquement.

Résultats de la discrimination

Le rapport explique que ces problèmes de santé mentale sont le résultat de la discrimination et d’un sentiment d’infériorité sociale. Et l’Eglise et les églises locales sont « l’une des plus grandes sources de discrimination directe contre les personnes LGB et le plus grand contributeur des opinions négatives aux débats sur les relations homosexuelles dans la société et les médias », dit le rapport.
Le rapport conclut que les attitudes et les pratiques pastorales de l’Église et des églises locales contribuent de manière significative à un scénario qui cause des dommages aux personnes LGB, conduisant à la dépression, l’anxiété et dans les cas extrêmes, aux dommages physiques et au suicide.

Le rapport propose ensuite de nombreuses recommandations, comme plus de recherche financée par l’Eglise d’Angleterre afin de mieux comprendre et mieux appréhender ces phénomènes, à plus de financement pour les services de soutien en santé mentale, en particulier ceux travaillant avec les personnes LGB et d’accroître la visibilité. Selon le rapport, les églises locales dissidentes qui sont inclusives pour les personnes LGB doivent être plus visibles et plus écoutées.
Le rapport exhorte les Églises à encourager le dialogue  sur ces questions et recommande que chaque église dans le pays prévoit un cycle annuel et des objectifs missionnaires pour examiner ce qui peut être fait aux niveaux local et national pour commencer à corriger cela.

Via PinkNews